L'Educateur Spécialisé

pitons.jpg

Pitons du Carbet - Vue du quartier "La Meynard" à Fort de France - Martinique FWI

 

 Anglais:

Special-education teachers

Employé pour:

Rééducateur

Définition:

Personne qui travaille auprès des enfants ou des adolescents en difficulté dans un établissement scolaire ou de rééducation.

Terme générique:

Enseignant

Terme spécifique:

Orthopédagogue Psycho-éducateur

Terme associé:

Éducation spéciale

Formation de l’éducateur spécialisé

Source de référence:

TERMIUM.

Un engagement au quotidien

 Difficultés sociales, délinquance, toxicomanie, déficience intellectuelle, handicap… L’éducateur est confronté à de multiples formes d’inadaptation. Son rôle, en liaison avec d’autres professionnels, est d’aider, conseiller, accompagner.

Suivi éducatif d’un adolescent, aide à la réinsertion d’un détenu, travail avec les jeunes d’un quartier difficile : les lieux, les manières d’intervenir sont diversifiés. Cependant, dans tous les cas, le travail de l’éducateur spécialisé implique un engagement personnel et une grande disponibilité.

 Contact et diversité

En principe, la mission de l’éducateur spécialisé consiste à assurer un suivi auprès d’enfants ou d’adolescents dans plusieurs types de situations : difficultés au sein de la famille, problèmes d’adaptation scolaire, de comportement, déficience mentale… Il contribue au développement affectif, psychologique et social de l’enfant.

Il s’occupe également d’adultes, notamment handicapés mentaux. Il les aide à surmonter les difficultés quotidiennes, à éviter l’isolement, à conserver ou développer un maximum d’autonomie. Son activité éducative s’exerce toujours en dehors des heures de classe, d’atelier ou de soins. Il aide les personnes inadaptées à acquérir davantage d’autonomie et de confiance en elles en leur offrant les moyens de se valoriser à travers des activités telles que la danse, le dessin, le théâtre, le sport… Il travaille dans des établissements spécialisés ou, de plus en plus, en milieu ouvert.

 En établissement spécialisé

L’éducateur spécialisé travaille dans des établissements publics ou privés : instituts médico-pédagogiques, instituts médico-professionnels, centres de rééducation, maisons d’enfants à caractère social… En internat, après les heures de classe ou d’atelier, il a la responsabilité d’un groupe de jeunes. Il participe avec eux à tous les actes de la vie en collectivité : repas, veillée, coucher. A travers les activités qu’il organise, il soutient les jeunes dans leur développement affectif et social.

En externat, l’éducateur prend en charge les jeunes tout au long de la journée. Il leur propose des activités de type scolaire, d’éveil ou d’expression. Dans un foyer de jeunes travailleurs ou de jeunes mères célibataires, il a un rôle de conseil et d’animation. Il les aide à affronter les difficultés quotidiennes de manière autonome.

En milieu ouvert

L’éducateur spécialisé assure le suivi éducatif d’enfants ou de jeunes dans le cadre de l’AMO (Aide éducative en milieu ouvert). Dans ce cas ils ne sont pas placés dans des établissements, mais maintenus dans leur environnement. Les éducateurs peuvent ainsi travailler avec les familles et d’autres personnes qui s’occupent des jeunes dans leur cadre habituel. La tendance est aujourd’hui, à chaque fois que c’est possible, d’éviter les placements.

Les éducateurs interviennent lorsqu’un signalement est fait par une autorité administrative (Direction départe­mentale de l’action sanitaire et sociale), un juge, les familles elles-mêmes. Educateur de rue, il travaille avec des groupes de jeunes dans les cités et les quartiers difficiles. L’objectif est, dans le cadre d’actions de prévention, de nouer des liens avec ces jeunes afin de réguler, modérer, rééduquer, instaurer des relations plus harmonieuses.

devis.jpg

 

Un métier peu routinier

Dans tous les cas l’éducateur spécialisé travaille avec d’autres professionnels : psychologues, médecins, enseignants, assistants sociaux… L’équipe ainsi réunie autour de la personne prise en charge met en place un projet, en assure le suivi, évalue les progrès accomplis, le réajuste si nécessaire. Par exemple, si le jeune est scolarisé, l’éducateur prend contact avec l’équipe éducative concernée : chef d’établissement, professeur principal, assistante sociale, conseiller d’éducation, conseiller d’orientation psychologue…

Les conditions de travail varient en fonction des emplois :

  • en internat : horaires réguliers en règle générale, permanence la nuit et certains week-ends ; 

  • en milieu ouvert : horaires irréguliers. 

Equilibre, disponibilité et sens des réalités

L’éducateur spécialisé doit avoir un solide équilibre personnel, affectif et émotionnel. Patient et disponible, il lui faut écouter, rassurer, conseiller tout en faisant preuve d’une grande fermeté et de réalisme.

Une pénurie d’éducateurs qualifiés

On compte environ 48 000 éducateurs spécialisés en activité, en majorité employés par le secteur associatif. Le marché de l’emploi est favorable aux jeunes diplômés. Les besoins sont importants et dans certaines régions les employeurs ont du mal à trouver des professionnels qualifiés. Le quota de places offertes à l’entrée des écoles va augmenter aux cours des prochaines années. Les salaires varient selon le secteur d’activité :

 

  • convention collective dans le secteur associatif : de 1 245 à 2 221 euros (en fin de carrière) ; 

  • fonction publique territoriale : de 1 220 à 1 982 euros (en fin de carrière). 

 

LA FORMATION

 La formation est sanctionnée par le diplôme d’État d’éducateur spécialisé . Durée : 3 ans (dont 15 mois de stages)

 

Conditions d’admission

  • Soit être titulaire :
    - du baccalauréat ou d‘un titre admis en équivalence,
    - d’un diplôme d’ État de travail social ou paramédical sanctionnant une formation professionnelle de deux ans au moins,
    - du certificat d’aptitude aux fonctions d’aide médico-psychologique (avec 5 ans d’expérience professionnelle dans l’emploi correspondant) ;

  • Soit réussir les épreuves de l’examen de niveau organisé par les Directions régionales des affaires sanitaires et sociales.
    Pour pouvoir de présenter à cet examen, il faut :
    - soit être âgé de 20 ans au moins et justifier de 24 mois d’activité professionnelle ayant donné lieu à cotisation de sécurité sociale ;
    - soit être âgé de 24 ans au moins à la date de clôture des inscriptions à l’examen ;
    - soit justifier d’un diplôme étranger non homologué, habilitant à exercer la profession d’assistant de service social dans le pays où il a été délivré.
    Dans tous les cas il faut réussir les épreuves de sélection organisées par chaque centre de formation.photo0581.jpg 

1 vote. Moyenne 3.00 sur 5.

Les commentaires sont clôturés

×